Aller au contenu principal
logo RMM

Bottled Ocean 2115

25 Avril 2015 - 31 Janvier 2016
Bottled Ocean 2115

Donner la parole aux peuples autochtones sur le Changement Climatique

"Ami(e) visiteur nous sommes en 2115. Le muséum de Rouen vient de faire l’acquisition d’objets ethnographiques et de spécimens de l’Hémisphère sud, de Nouvelle-Zélande.

Le changement climatique amorcé à la fin du 20ème siècle est en cours. L’utilisation à outrance des matières premières, la pollution rejetée dans l’atmosphère, l’eau et les terres émergées ont entraîné l’augmentation de la température moyenne de 2°c au cours du dernier siècle.

Des iles, des pays ont disparu suite à l’élévation des océans repoussant les populations vers des territoires de plus en plus peuplés. Déjà en 2014, l’ONU indiquait dans son rapport que le nombre de réfugiés lié aux modifications du climat était supérieur à celui issu des conflits armés. La même année, la Nouvelle-Zélande était le premier pays à donner l'asile climatique à des habitants de l'Archipel des Tuvalu.

Dans le même temps, de nouveaux territoires provenant de l’accumulation de déchets plastiques sont apparus, sortes d’îlots artificiels au milieu des océans.

Le monde est d’ailleurs devenu lui-même plastique. Les plages de sable fin sont recouvertes de billes plastiques façonnées par les courants marins. Les êtres vivants à tous les niveaux de la chaîne alimentaire accumulent dans leur organisme des quantités phénoménales de plastiques."

 

Le Muséum de Rouen a demandé à George Nuku, artiste maori, de donner son interprétation du Changement Climatique, de la montée des eaux, de la pollution par les plastiques et des collections futures du Muséum. Le lien fort entre George Nuku et le Muséum de Rouen n’est pas nouveau, car George a mis en scène les collections ethnographiques du continent océanien en 2011 au sein de la Galerie des Continents.

 

Le changement climatique vu par George Nuku

Les calottes glaciaires fondent aux pôles. Le monde traverse un processus de mutation chimique à cause de la surexploitation de combustibles fossiles, ce qui ne va pas sans amener un réchauffement et plus généralement une perturbation climatique. Sans mentionner l'hégémonie croissante des matières plastiques qui sont désormais omniprésentes dans chaque forme de vie sur terre. En effet, la structure moléculaire de chaque grain de sable sur chaque plage contient un composant de plastique, ainsi que celle du sang humain et de chaque forme de vie par ailleurs.

 La dépendance croissante vis-à-vis de l'emballage plastique a créé de nouveaux paysages dans la nature : montagnes sur la terre ferme, nouveaux atolls et îles improvisées sur les océans faites de bouteilles plastiques.

 De plus, l'usage sur-fréquent de matières plastiques coïncide avec l'appauvrissement de réserves d'eau potable. Les conglomérats importants tendent de plus en plus à accumuler les réserves et à monopoliser l'eau potable, si bien  que tout cela finirait probablement par générer des guerres d'eau.

 Pour contenir, emballer et fournir de l'eau potable aux habitants du monde, les bouteilles plastiques s'avèrent être un besoin vital et nécessaire à la consommation mondiale au XXIème siècle. La bouteille plastique se métamorphose selon plusieurs normes culturelles, devenant ainsi un totem de la vie moderne, effigies de nos nouvelles cités, cathédrales, nouveaux temples et ancêtres.

 Le rythme d'accélération du processus rapide qui débouche sur un effondrement environnemental est assez catastrophique: A présent les calottes glaciaires fondent peu à peu, recouvrant petit à petit la surface de la planète Terre d'eau salée. Ceux qui y survivront devront s'y adapter. 

 

Description de l'exposition

 « Cette oeuvre tente de saisir ce possible scénario dans un futur proche afin de sensibiliser les publics à l’urgence de la situation. L'élément clé de cette idée consiste à transformer la bouteille plastique en œuvres d'art voire en trésor culturel. Cette oeuvre est un scénario du monde sans terre, sans arbres, et fatalement sans la majorité des êtres vivants ces 100 années à venir. Au cœur de cette installation se trouve le ‘Wakapounamu'- (dans la langue maori Waka est le nom de canoë et Pounamu est le nom de jade). Autrement dit, un vaisseau en plastique qui navigue.

Le Wakapounamu 'Takitimu' en plexiglass a une double coque comme l'ancienne embarcation des ancêtres polynésiens qui traversaient l’Océanie. Les coques jumelles du Wakapounamu, se présentent sous la forme de grandes bouteilles en plastique attachées à une plate-forme en plexiglas sculpté. Au-dessus de cette plate-forme se dresse une maison ancestrale en plexiglas dont la façade, les côtés, le fond ainsi que le toit  sont sculptés.

Au travers de Bottled Ocean, se croisent les voiles en plexiglas du Waka avec les deux atolls comprenant les deux gros cubes en plexiglas appelés Te Mata o Te Whenua (les yeux et visages de la Terre), chacun flottant au-dessus d’un atoll fait de bouteilles en plastique sculptées. Ces îles flottantes représentent des communautés de rescapés du futur, l'intérieur de chaque cube sculpté symbolise la protection contre les effets nocifs de toxines qui remplissent l’océan, appauvrissent l’atmosphère, détériorent l’écosystème. A l'avant et à l’arrière du Wakapounamu, se trouvent des requins-marteaux protecteurs. Leurs corps sont des bouteilles en plastique, avec les nageoires et la queue, les yeux et la bouche en plexiglas sculpté. 

Les représentations de ces créatures sont importantes parce que les pirogues originelles ont été escortées et protégées par des gardiens quand ils ont quitté les pays d'origines pour s’aventurer dans l'Océan Pacifique. Les deux requins-marteaux arrière sont en plongée sous les atolls et les deux du front se lèvent pour défier le spectateur quand ils entrent dans la salle. Ici, nous les voyons dans leur forme mutée. Au-dessus du Wakapounamu et des atolls figurent deux cubes en plexiglas sculpté, suspendus au plafond.

Ils représentent les étoiles servant à la navigation et forment le niveau supérieur de l'installation En dessous, se trouve un deuxième niveau représentant les vents. Il y en a quatre de chaque. Le niveau intermédiaire de l'installation est le Wakapounamu et les deux  atolls le niveau inférieur de l'installation, les quatre requins.

Enfin, les sculptures arrière représentent un sous-marin avec la maison de plexiglas sculpté et le masque représentant Tangaroa, dieu de la mer à l'intérieur de sa maison sous-marine 'Tonganui', ce qui représente l'origine de la philosophie océanique. C’est aussi le scénario à bord d’un vaisseau spatial en plastique sans clous.

Le Wakapounamu porte une autre précieuse cargaison à bord ; il contient l'espoir, la promesse de changement et d'un avenir meilleur pour tous ... »

 

 

 

English

 

This artwork attempts to capture this possible near future scenario in order to point out to audiences just how close we really are to this. The key component to this idea is the plastic drinking bottle- transformed into works or art and cultural treasure. 

This artwork is a scenario of the world without land, without trees, without the majority of living creatures 100 years into the future. Central to the theme is the 'Wakapounamu'- (in the maori language Waka is the name for canoe and Pounamu is the name for jade, a voyaging vessel made of plastic. 

The plastic Wakapounamu ' Takitimu' is double hulled like the ancient voyaging craft of the polyesian ancestors that traversed Oceania. The twin hulls of the Wakapounamu, which are in the form of large plastic drinking bottles attached to a carved plexiglass platform. On top of this platform is a plastic ancestral house with a carved facade, sides; rear and roof. 

The plastic Waka sails throughout the 'Bottled Ocean' encountering atolls (there are 2 Atolls in the installation) comprising of 2 large plexi cubes called ' Te Mata o Te Whenua'- the eyes, the faces of the land, each floating above an atoll of carved plastic bottles.  These floating islands represent communities surviving in the future, also the inside of each carved cube symbolises protection from the harmful effects of a toxin filled ocean and ozone depleted atmosphere. 

In the front of the Wakapounamu and also behind, in protective formation are  -Hammerhead sharks,- their bodies are plastic bottles, with the fins and tails, eyes and mouths from carved plexi. The representations of these creatures are important because the original voyaging canoes were escorted and protected by guardians when they left the homelands to venture out into the pacific ocean. The two rear Hammerhead sharks are diving beneath the atoll/islands and the front Two are rising up to challenge the viewer as they step into the room. Here, we see them in mutated forms. 

Above the Wakapounamu and the Atolls are floating miniature carved plexi cubes, suspended from the ceiling. They represent the stars used for navigation and form the top layer of installation., below them is a second layer representing the winds, - there are 4 of each.   The middle layer of installation is the Wakapounamu and the 2 island/atolls The bottom layer of the installation is the 4 sharks. Finally, the rear carvings represent an underwater carved plexi house and mask representing 'Tangaroa'  - god of the sea inside his undersea house 'Tonganui', this represents the origin of oceanic philosophy.

This also is the scenario aboard the plastic starship with no nails . The Wakapounamu carries another precious cargo aboard, it contains the Hope & the promise of change and of a better future for all...

 

Description 

The polar ice caps are melting, the world is undergoing a process of chemical mutation through the over-exploitation of fossil fuels, creating global warming and climate change, and with the increasing dominance of plastic which now permeates life on earth on every level. Every grain of sand on every beach on earth has a plastic component to its molecular structure, the blood of polar bears and whales contains plastic, as does the blood of humans and every other form of life...

 The accelerated dependence on plastic packaging has led to new mountains on the land and new atolls and islands on the worlds oceans - made of discarded plastic bottles...

 The increasing overuse of plastic coincides with the decreasing of the world's supply and availability of suitable drinking water, The large conglomerates are turning more and more to the accumulation and monopolization of the world's fresh water resource. Eventually this will result in waterwars...

 To contain, package, and supply the worlds drinking water, plastic bottles are now a vital and necessary fact of life for humans in the 21st century. The plastic bottle begins to morph into a variety of cultural norms, they become the totems of modern life, they become forged into our new cities, our new cathedrals. our new temples, our new ancestors.

 The pace of acceleration speeds up rapidly, ultimately resulting in environmental collapse and catastrophe. The polar caps now finally melt completely, covering the entire world in saltwater- In this new world, those who survive, will have to adapt...

 

 

L'Exposition a obtenu le Label COP21    

Site de la COP21

Communiqué de presse BO2115

Agenda

Inscription Newsletter

Suivre le Muséum sur les réseaux sociaux